Par Clarisse Normand, le 13.06.2017 à 19h30 (mis à jour le 14.06.2017 à 09h55) Librairie

Mollat décerne pour la première fois son Prix du livre du réel

Roland Vilella et Alberto Salcedo Ramos - COPIE D'ÉCRAN/DELIREMADAGASCAR ET GUILLERMO RAMOS FLAMERICH/CC BY-SA 3.0

Récompensant des titres à la frontière entre littérature et journalisme, la librairie bordelaise, associée au journal Sud Ouest, a distingué pour la première édition de son prix du réel: La Sentinelle de fer et L’or et l’obscurité.

Mardi 13 juin, la librairie Mollat, en association avec le journal Sud Ouest, a remis à la bibliothèque de l'Arsenal à Paris son premier Prix du livre du réel. Mettant en lumière un genre qui se joue des frontières entre littérature et journalisme et qui est de plus en plus présent dans la production, la première édition du prix a distingué dans la catégorie française La sentinelle de fer: mémoires du bagne de Nosy Lava (Madagascar) de Roland Vilella (Plon) et dans la catégorie étranger L’or et l'obscurité: la vie glorieuse et tragique de Kid Pambelé d’Alberto Salcedo Ramos (Marchialy).

Choisis par un prestigieux jury présidé par Yves Harté, rédacteur en chef de Sud Ouest, et composé de Florence Aubenas, Jean-Paul Kauffmann, Philippe Lançon, Sylvie Latour, Florence Martin-Kessler, Olivier Weber et Pierre Coutelle (de la librairie Mollat), les deux lauréats étaient chacun en concurrence avec trois autres titres.
 

Roland Vilella reçoit le Prix du livre du réel - CLARISSE NORMAND

Marin et auteur d’un premier titre paru à L’Harmattan sur une opération humanitaire à Madagascar, Roland Vilella retrace, dans La sentinelle de fer, l’histoire du pénitencier Nosy Lava à travers le témoignage d’un ancien bagnard et y décrit les conditions de vie des prisonniers. 

Traduit pour la première fois en français, l’auteur colombien Alberto Salcedo Ramos raconte, lui, dans L’or et l’obscurité, l’histoire du premier boxeur de son pays, ancien vendeur de cigarettes de contrebande, devenu champion du monde avant de déchoir à cause de problèmes de drogue.
close

S’abonner à #La Lettre