Par Olivier Mony, le 09.02.2018 15 février > Roman Mexique > Jorge Volpi

Grands corps malades

Jorge Volpi - DANIEL MORDZINSKI/SEUIL

Jorge Volpi décrit le déclin et la mort de son père comme une métaphore de l’état du Mexique aujourd’hui.

Est-ce parce qu’il se refuse depuis toujours à tout "folklorisme" latino, inscrivant plutôt son œuvre quelque part entre John le Carré et W. G. Sebald, que Jorge Volpi n’a peut-être pas en France la place qu’il mériterait ? C’est-à-dire depuis la parution d’A la recherche de Klingsor (Plon, 2001), Le temps des cendres (Seuil, 2008) ou Le jardin dévasté (Seuil, 2009). Au Mexique, et dans l’ensemble

Lire la suite (2 660 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (15 articles)

close

S’abonner à #La Lettre