Forcément saltimbanque | Livres Hebdo

Par Jean-Claude Perrier, le 08.06.2018 (mis à jour le 08.06.2018 à 16h11) Avant-portrait Rentrée littéraire > Guy Boley

Forcément saltimbanque

J.-F. PAGA/GRASSET

Guy Boley consacre à son père le roman qu’il portait en lui depuis des années.

Chez les Boley, on est saltimbanque de père en fils depuis au moins trois générations. Le père, René, le héros de Quand Dieu boxait en amateur, était certes forgeron dans le civil, mais avec sa femme, "ils chantaient des opérettes dans leur cuisine pour les voisins", raconte Guy, le fils, qui a mené une vie nomade quasi impossible à retracer. Il a été ouvrier, chanteur de rue, cracheur de feu, acr

Lire la suite (3 200 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre